Credits

retour

Titre:

WAR CHILD

Pays de production:USA 2008
Format:BetaCam
Couleur:Couleur
Langue:OF m. dt. UT
Durée:94 Minutes
Cycle:Jenseits von Europa X


Réalisateur:Chrobog, Christian Karim
Scénario:Chrobog, Christian Karim
Caméra:Staniski, Stanley
Montage:Bangerter, Nels
Musique:Barnett, Charlie
Son:Sinev, Pavel
  
Acteurs:Jal, Emmanuel
Producteur:Molavi, Afshin
Sociétié de production:18th Street Films
 Independent Producer Alliance


Synopsis



©
Ce film documentaire montre l`histoire choquante et presque incroyable de la vie d`Emmanuel Jal, du temps où il était enfant soldat pendant la guerre civile au Soudan (de 1987 à 1991) à sa carrière internationale de rappeur et de militant contre la guerre et la production d`armes. Le parcours d`Emmanuel Jal reflète l`histoire récente de son pays, le Soudan, secoué pendant un quart de siècle par une guerre civile entre le gouvernement musulman et l`armée de libération SPLA du sud à majorité chrétienne. Lorsqu`un cessez-le-feu a finalement été conclu en 2005, la guerre avait fait deux millions de victimes (soit un tiers de la population). Au Darfour, province de l`ouest du pays, la tragédie se poursuit jusqu`à aujourd`hui. Emmanuel Jal n`était que l`un des quelque 10.000 enfants soldats dans la guerre civile au Soudan et il existe – comme le montre le documentaire - des images filmées de lui à cette époque. On le voit en tant que porte-parole des enfants soldats, avec un fusil AK 47 presque aussi grand que lui.

Avec des archives fascinantes comme celle-ci, le film illustre la fuite d`Emmanuel Jal de la zone de guerre (une fuite à laquelle seul 12 enfants soldats sur 400 ont survécu), comment il a été sauvé puis adopté par Emma McCune, une employée de l`ONG britannique "Street Kids", puis ses débuts en tant que musicien au Kenya et ses apparitions plus récentes sur la scène internationale.


Remarque


Der Film dokumentiert mit Interviews, Rückblenden und Konzertmitschnitten, wie Emmanuel Jal seine traumatischen Kriegserfahrungen mit Hilfe der Musik zu verarbeiten sucht. Bilder von seinen Auftritten zeigen, welch nachhaltigen Eindruck Texte wie "I’ve seen my people die like flies" auf sein Publikum machen. Jal: "Mit Worten kann man Menschen dazu bringen, einander umzubringen oder einander zu vergeben.» Durch Aussagen wie diese vermittelt der Film – trotz der bedrückenden Geschichte, die er erzählt – auch Hoffnung.
Karim Chrobog, der in Singapur geborene US-amerikanische Dokumentarfilmer und Produzent, wollte mit diesem Film «eine afrikanische Geschichte präsentierten, die von einem Afrikaner erzählt wird». Er drehte in Kenia und im Sudan und war auch mit der Kamera dabei, als Emmanuel Jal nach zwanzig Jahren erstmals seinen Vater und sein Heimatdorf Tonj wiedersah, aus dem er im Alter von sieben Jahren in den Krieg geschickt worden war.

Par le biais d’interviews, de flash-backs et d’extraits de concerts, le film montre comment Emmanuel Jal tente de surmonter grâce à la musique ses expériences traumatisantes de la guerre. Les images de ses concerts montrent l’impression durable qu’il laisse sur son public avec des textes tel que "I’ve seen my people die like flies" (J’ai vu les miens tomber comme des mouches). Emmanuel Jal: "Avec des mots, on peut pousser les gens à s’entretuer ou à se pardonner." Avec ce genre de déclarations, le documentaire, malgré l’histoire très dure qu’il évoque, est tout de même porteur d’un message d’espoir. Avec ce film, Karim Chrobog , documentariste et producteur américain né à Singapour, voulait "présenter une histoire africaine, racontée par un Africain". Il a tourné au Kenya et au Soudan et était aussi présent avec sa caméra quand Emmanuel Jal a revu son père pour la première fois depuis 20 ans et s’est rendu dans son village natal de Tonj, qu’il avait dû quitter à l’âge de sept ans pour partir faire la guerre.

  • Kindersoldaten
  • Jal spricht zu Kindern
  • Sudanesisches Dorf aus der Vogelperspektive