Credits

retour

Titre:

DARATT

Titre allemand:DARATT - ZEIT DER ENTSCHEIDUNG
Titre anglais:DARATT – DRY SEASON
Pays de production:Tschad; Frankreich; Belgien 2006
Format:35 mm
Couleur:Couleur
Langue:OF m. dt. UT
Durée:93 Minutes
Cycle:Jenseits von Europa X


Réalisateur:Haroun, Mahamat-Saleh
Scénario:Haroun, Mahamat-Saleh
Caméra:Biru, Abraham Haile
Montage:Dozo, Marie-Hélène
Musique:Diop, Wasis
Son:Farzanehpour, Dana
  
Acteurs:Barkai, Ali
 Defallah, Khayar Oumar
 Djaoro, Youssouf
 Hisseine, Aziza
 Ibrahim, Djibril
Producteur:Sissako, Abderrahmane
Sociétié de production:Chinguitty Films



Synopsis



©
Au Tchad, "Daratt" est le nom donné à la saison sèche pendant laquelle il n`y a pas de pluie, rien ne pousse et il règne toujours un soleil de plomb. Au sens figuré, ce terme désigne aussi la crispation dans les relations humaines et l`absence de dialogue. Un titre approprié pour ce film, qui raconte l`histoire d`Atim, un garçon âgé de 16 ans dont le père a été assassiné pendant la guerre civile et qui doit, sur l`ordre de son grand-père, tuer son meurtrier qui a bénéficié d`une amnistie générale après la fin de la guerre. Atim se rend donc dans la capitale, N`Djamena, pour retrouver le meurtrier de son père. Celui-ci a entre-temps ouvert une boulangerie et quand Atim y devient apprenti, une relation tendue et chargée des secrets du passé se développe entre les deux hommes. C`est presque sans dialogues et avec des acteurs remarquables que le réalisateur Mahamet-Saleh Haroun a mis en scène cette relation humaine – comme une pièce de théâtre classique. (Le film est d`ailleurs né d`une initiative du festival de l`année Mozart en 2006 à Vienne, qui avait demandé à plusieurs cinéastes de réaliser des films inspirés de thèmes abordés dans les œuvres de Mozart et des idéaux humanistes qui y sont exprimés.) Haroun a tourné un film sur la violence qui se passe de scènes de violence, mais qui n`en montre que mieux les conséquences psychiques qu`entraine une guerre.


Remarque


Haroun hat einen Film über Gewalt gedreht, der ohne Gewaltszenen auskommt, aber dafür die psychischen Folgen, die ein Krieg bei allen Beteiligten hinterlässt, um so eindringlicher vor Augen führt. Der Film gehört zu den brillianten afrikanischen Produktionen der letzten Jahre.

Internationale Filmfestspiele in Venedig, 2006: großer Preis der Jury
FESPACO Ouagadougou, 2007: Preis in Bronze im Spielfilm-Wettbewerb
Festival de cinéma international de Venise, 2006: le grand prix du jury
FESPACO à Ouagadougou, 2007: le prix de bronze dans la compétition longs-métrages